Se préparer à devenir mère

24 Juin, 2021Postpartum, Bien-être

Depuis quelques temps maintenant, on voit de plus en plus de témoignages de mamans, qui osent enfin briser le silence et parler de leur difficultés.

En effet, malgré ce que le conscient collectif aime à croire, même si devenir mère est naturel, être mère ne l’est pas. Ce n’est ni inné ni facile. La femme qui devient mère doit faire face à une nouvelle identité, de nouvelles responsabilités, une nouvelle organisation, de nouveaux défis…et doit ainsi se construire de nouveaux repères. Elle est passé du statut de femme / épouse à mère. Elle se découvre en tant que mère en même temps qu’elle découvre son bébé.

Quand on constate certains chiffres, on peut se poser pas mal de questions, notamment en ce qui concerne la préparation et l’accompagnement des futures et jeunes mères :

  • entre 15 et 20% des jeunes mamans connaissent une dépression du postpartum

  • environ 20% des couples connaissent le baby clash au cours des premiers mois de vie de bébé

  • La charge mentale qui pèse sur les épaules des mamans, qui n’est rien d’autre que le reflet de la pression et des injonctions sociétales

  • le taux de burn out materntel…

 

Bref… même si cela ne touche qu’une partie des mamans, ces constats sont à prendre au sérieux. Car derrière tout cela se cache une vraie souffrance psychologique, pouvant laisser des traces sur la personne mais aussi sur la relation et le lien avec bébé.

Même si devenir mère est naturel, il n’en est rien pour le fameux instinct maternel.

On aura beau lire des tas de livres, écouter des podcasts…sur la maternité, l’éducation. Il y a toujours la théorie d’un côté et la pratique de l’autre. La théorie va surtout mettre en avant les choses à faire. 

Mais que fait-on des émotions ? Car savoir faire les choses c’est bien, mais c’est complètement différent quand les émotions viennent s’en mêler. Et pourtant, devenir mère est un vrai chamboulement émotionnel. Au delà du côté biologique, avoir la responsabilité d’un petit être qui dépend totalement nous peut être source de stress : ne pas comprendre son langage, savoir qu’on a pas le droit à l’erreur…

 

Et que fait-on, comment réagit-on face quand on a l’impression de ne pas être soutenue par l’entourage, ou d’être critiquée par les équipes médicales ?

 

 

Combien de mamans viennent me voir en se demandant pourquoi on ne leur a rien dit ? Elles se retrouvaient des nues en constatant que ce n’était pas si facile que ça, et surtout : qu’elles avaient complètement perdu confiance en elles !

 

Ce que je constate : s’avouer qu’on a des difficultés est difficile, voir honteux et inavouable. Comment dire qu’on est au bout du rouleau ? Comment dire qu’on a besoin d’aide quand tout le monde, cela semble facile ?

Ces sentiments ne font que creuser l’isolement dans lequel certaines mères vont se cacher. Et les conséquences sont alarmantes : perte de confiance, augmentation du stress, perte de plaisir… et dans les cas les plus graves : dépression.

 

Je me souviens quand je suis moi-même devenue mère. Je pensais que tout allait être facile et simple. J’avais idéalisé mon fils mais je m’étais aussi idéalisée comme mère. Je voulais tout faire moi-même, refusant l’aide qu’on me proposait. (car oui, on vit dans une société où on nous apprend à nous débrouiller). Je ne me doutais pas que je serai aussi fatiguée, que s’occuper d’un nourrisson était aussi épuisant physiquement que psychologiquement. Je pensais qu’allaiter était aussi simple que naturel et pourtant, j’ai vécu des périodes horribles, me sentant nulle, incapable de nourrir mon fils….et j’avais honte de moi.

Heureusement pour moi, j’avais pas mal de bagages pour ne pas sombrer complètement et reprendre le dessus.

 

Aujourd’hui, avec tout ce recul, je ne comprends toujours pas pourquoi on ne prépare pas les futures mamans à la vie après l’accouchement.

L’après est rapidement évoqué lors des cours de préparation à la naissance. Mais cela ne concerne que la partie « technique » : on évoque le baby blues et la dépression postnatale, les suites de l’accouchement… Mais on en parle jamais de confiance ou d’émotions.

 

Pourtant pour moi, la confiance est la clé pour que chaque future mère abordent leur nouveau rôle de mère avec sérénité, mais aussi puisse s’y épanouir! Comme je le dis souvent : il n’y a pas une seule façon d’être mère. Mais autant de manières qu’il y a de mères et d’enfants. Chaque mère, chaque enfant est unique. Respectons cette singularité.

Pour moi, la confiance va permettre notamment de faire face aux remarques ou conseils non sollicités des autres, qui même si ne sont pas mal intentionnés à la base, sont souvent vécus comme des affronts ou des critiques sur la manière de faire. Avoir confiance en soi va aussi permettre à chacune de respecter ses propres choix de vie et d’éducation… 

Comment se prépare t-on à devenir mère ?

Pour moi, il est important de se préparer sur 2 aspects : l’aspect « technique » (si je peux dire ça comme ça) et l’aspect psychologique.

 

L’aspect « technique »

Les cours de préparation classique à l’accouchement évoque certaines choses sur l’après : le baby blues VS la dépresse PP.

Mais il ne faut pas hésiter à pousser ses propres recherches avec des lectures ou des témoignages. Certains comptes instagram sont aussi de vraies mines d’or d’informations. Alors oui, on trouve et on lit de tout. On peut tomber sur des témoignages difficiles. L’idée n’est pas de faire peur mais bien de s’informer.

Je reste persuadée que c’est en étant informée qu’on se prépare le mieux.

Avoir conscience que certains cas peuvent exister permet de ne pas paniquer si cela nous arrive. Par exemple, savoir que les phobies d’impulsion ou pensées intrusives existent permet à la jeune mère qui en souffre de savoir qu’elle n’est pas la seule à en souffrir et dont qu’elle n’est ni folle ni anormale.

 

L’aspect psychologique

Devenir mère engendre beaucoup de changements au niveau psychologique. Se retrouver propulser avec une nouvelle identité n’est pas chose facile. Comme je le disais plus haut, la principale difficulté des jeunes mamans est la confiance.

 

C’est pourquoi j’ai créé Bloming Mums to be. Un vrai programme d’accompagnement et de préparation à la vie d’après, à la vie de mère. Ce programme a pour objectif de redonner confiance aux futures mamans, de les aider à mener des réflexions profondes pour mieux se connaître et donc à construire cette confiance. On y aborde différents sujets :

 

  • Les mythes et croyances autour du rôle de la mère
  • La reconnexion à soi
  • Le regard des autres
  • La place du co-parent et de son couple

Ce programme se déroule sur 1 mois, avec un appel de groupe visio par semaine, des séances de sophrologie pour apprendre à gérer ses émotions mais aussi pour développer cette confiance et des livrets d’accompagnement. 

Il y a une session par mois, ouvert à 8 futures mamans uniquement.

 

v

Partage ton avis en commentaires !

ut mi, mattis ipsum consequat. quis, sem, dapibus consectetur ante.

Pin It on Pinterest